Jack Haley, l’Homme de Fer Blanc

Chanteur, comédien, danseur, Jack Haley est l’interprète principal de One Body Too Many mais il est surtout connu pour avoir incarné l’Homme de Fer Blanc.

Nous vous proposons une biographie du célèbre acteur américain en complément du DVD de One Body Too Mnay édité par Hantik Films.

***

One Body Too Many est le sixième volume de la Scare-ific collection. Il s’agit d’un whodunit se déroulant durant une nuit de terreur à l’intérieur d’un manoir truffé de passages secrets.

Les précédents volumes de la Scare-ific Collection :
-Condemned to Live de Frank R. Strayer (1935)
-The Bat de Roland West (1926)
-Tomorrow At Seven de William Night (1933)
-The Death Kiss d’Edwin L. Marin (1932)
-Black Dragons de William Nigh (1942)

Retrouvez l’ensemble de la collection ici

Un premier extrait de One Body Too Many : la lecture du testament

Nous vous présentons un premier extrait de One Body too Many réalisé par Frank McDonald en 1944 et mettant en scène Jack Haley, l’inoubliable Tin Man du Magicien d’Oz et Jean Parker qui venait de s’illustrer à la MGM dans Fantôme à vendre et Les quatre filles du docteur March.

Cet extrait se situe au début du film, C’est un moment-clé puisqu’il s’agit de la lecture du testament du richissime Cyrus J. Rutherford. Les ayants-droit attendent fébrilement les conditions émises par le défunt pour toucher leur héritage.

One Body Too Many est le sixième volume de la Scare-ific collection. Il s’agit d’un whodunit se déroulant durant une nuit de terreur à l’intérieur d’un manoir truffé de passages secrets.

Les précédents volumes de la Scare-ific Collection :
-Condemned to Live de Frank R. Strayer (1935)
-The Bat de Roland West (1926)
-Tomorrow At Seven de William Night (1933)
-The Death Kiss d’Edwin L. Marin (1932)
-Black Dragons de William Nigh (1942)

Retrouvez l’ensemble de la collection ici

The Death Kiss, entre Orson Welles et Tod Browning

C’est lors d’un énième visionnage d’Ed Wood de Tim Burton que nous avons eu la surprise de voir une référence à The Death Kiss d’Edwin L. Marin (1932), second volume de la Scare-ific Collection, partageant le plan avec l’affiche de Citizen Cane et de Dracula.

C’est une très belle image, associant, dans le même plan, un cinéma renommé, celui de Welles et Browning, et un cinéma de série B, rehaussé par l’enthousiasme d’Ed Wood et de sa compagne Dolores.cliquez ici

NB : One Body Too Many est le premier volume de la Scare-ific Collection, permettant à Sin’Art de sortir de l’ombre des films oubliés des années 30, 40 et 50 :

Marque-pages One Body Too many

Marque-pages One Body Too many

Bonjour à vous,

Pour marquer la sortie en DVD de One Body Too Many nous avons produit une série de marque-pages.

Réalisés par notre graphiste Wilfried Fourrez, une fois assemblés, les marque-pages représentent au verso un jeu photo du film.

Actuellement, nous expédions un marque-page avec chaque commande que vous réalisé sur le site de Sin’Art db.

Si vous êtes collectionneur et que vous souhaitez recomposer l’intégralité du jeu photo pour votre collection, n’hésitez pas à nous contacter pour que vous ne passiez pas à côté.

L’équipe Sin’Artienne

NB : One Body Too Many est le sixième volume de la Scare-ific Collection, permettant à Sin’Art de sortir de l’ombre des films oubliés des années 30, 40 et 50 :
http://www.sinart.asso.fr/recherche/scare-ific-collection/

One Body Too Many

One body too many, le sixième volume de la Scare-ific collection, est disponible…

Alors qu’il se présente à la propriété de Cyrus J. Rutherford, l’assureur Albert Tuttle apprend que son richissime client vient juste de trépasser.

Déjà tous dans la place, les héritiers potentiels attendent fébrilement la lecture du testament.

Mais c’est une nuit de terreur qui les guette et Tuttle sera ballotté entre la nièce de Rutherford, des passages secrets, un cadavre mystérieusement volatilisé et un meurtre.

ONE BODY TOO MANY (1944) s’inspire de la pièce de John Willard, Le Chat et Le Canari.

À cette époque, Frank McDonald qu’on trouve ici à la mise en scène, travaillait pour la plupart des studios -de Republic à Paramount- et réalisait des films d’action, de guerre ou des westerns avec Gene Autry ou Roy Rogers.

L’assureur Tuttle est incarné par Jack Haley, l’inoubliable Tin Man du MAGICIEN D’OZ (1939) de Victor Fleming.

À ses côtés, Jean Parker, l’une des ravissantes héritières de Rutherford poursuit ici sa carrière dans la série B après avoir débuté à la MGM dans FANTÔME À VENDRE (1935) et LES QUATRE FILLES DU DOCTEUR MARCH (1933).

Bonus : Livret : Présentation du film par Alexandre Lecouffe
Filmographies : Jean Parker, Jack Haley. Undersea Kingdom (Serial réalisé en 1936 avec Lon Chaney Jr.) :
Suite et fin – Chapitres 11 (La Mort Ardente) et 12 (Ascension Vers Le Monde Supérieur)

Une édition limitée pour la souscription Condemned to Live

Hantik Films sort en décembre le 5ème volume de la Scare-ific Collection.

Comme les coûts de fabrication d’un DVD sont aujourd’hui de plus en plus élevés et qu’a contrario, les ventes de DVD baissent, Hantik Films propose la possibilité d’apporter un soutien financier à l’association. La priorité étant de continuer à éditer des DVD plutôt que de passer entièrement au dématérialisé.

Le montant de la souscription s’élève à 35 €.

En remerciement, vous recevrez une édition collector et limitée du DVD de CONDEMNED TO LIVE comprenant :

– Le DVD du film
– L’affiche du film au format A3, numérotée

Un menu du DVD sera dédié à remercier les souscripteurs avec l’affichage de leur nom. (pour ce dernier point, vous devez avoir souscrit avant le 15 octobre)

Vous pouvez payer :
– par chèque à l’ordre d’Hantik Films (BP 76027 – 25012 Besançon Cedex)
– par virement (RIB : 12506 25000 56043469415 64)
– par carte bancaire ou avec votre compte Paypal grâce à l’achat en un click en cliquant ici en vous rendant à cette adresse : http://hantikfilms.wordpress.com/2013/09/13/souscription-pour-condemned-to-live/