Entretien avec Patryck Ficini, traducteur du Retour des Damnés

C’est Patryck Ficini que l’on doit remercier de nous avoir permis de découvrir le Retour des Damnés de Harry Small, alias Mario Pinzauti, un petit maître de l’épouvante à l’italienne. Le Retour des Damnés est une série B littéraire unique en son genre qui évoque de façon magistrale mais délicieusement bis la légende de la Comtesse Báthory. Avec Patryck, qui accompagne depuis très longtemps Sin’Art, et plus particulièrement Sueurs Froides, nous revenons sur son travail de traducteur.

Comment as-tu découvert la littérature populaire italienne ?

Je l’ai découverte par curiosité, alors que je m’intéressais déjà énormément à la littérature populaire française mais aussi à la BD italienne, les fameux fumetti. Je me suis dit qu’il devait forcément y avoir des auteurs « de genre » italiens, sans doute moins prestigieux que les excellents Scerbanenco ou Teodorani, mais qui n’en seraient pas moins dignes d’intérêt pour autant. J’ai découvert qu’il y avait eu un certain nombre de collections fantastiques, SF, espionnage, etc… en Italie, portées par de nombreux spécialistes du roman de gare, souvent sous pseudonymes.

Comment cela s’est-il passé (les débuts de l’aventure) et qu’est-ce qui t’a séduit dans le projet Le Retour des damnés ?

Après avoir lu une passionnante étude du spécialiste Sergio Bissoli sur le sujet, j’ai découvert les Racconti di Dracula par le biais de quelques rééditions, puis par des originaux achetés d’occasion en Italie. J’en ai dévoré une partie avec l’enthousiasme de la découverte, en version originale. J’ai acheté aussi les Dracula Pocket en français qui en offraient les traductions dans les années soixante. Il y a eu 11 titres traduits à l’époque et je me suis dit que c’était un peu dommage d’en rester là. Surtout qu’ils étaient bien plus agréables à lire en version originale, principalement à cause de traductions très discutables.

Quel(s) objectif(s) poursuivais-tu en te lançant dans cette traduction ?

L’objectif principal était simple : permettre une redécouverte des Racconti di Dracula à des lecteurs d’aujourd’hui, suffisamment curieux pour donner une chance à tout un pan de la littérature populaire qui n’intéresse plus aucun éditeur classique, malgré quelques qualités indéniables. Le Retour des Damnés méritait vraiment qu’on lui offre une bonne petite traduction !

Quelles sont les contraintes de traduction que tu as rencontrées ?

En le traduisant, le but était de rester très fidèle à la qualité, limitée mais bien réelle, du texte original. Le Retour des Damnés a beau être un roman de gare, il n’en demeure pas moins inventif, sexy et très efficace. Un vrai petit plaisir de lecture qu’il serait dommage de négliger !

L’auteur a-t-il un style que tu peux qualifier et es-tu parvenu à le rendre en français ?

Harry Small écrit très correctement. L’extrême rapidité avec laquelle il écrivait ses romans ne nuit nullement au plaisir indéniable qu’ils peuvent procurer à un lecteur ouvert d’esprit et curieux. Certains diraient « indulgent »… peut-être… mais n’est-ce pas là l’une des principales qualités du véritable amoureux de littérature populaire ? Une littérature souvent méprisée, dont l’horreur et le fantastique, comme ici, n’en sont que deux des innombrables ingrédients.

Je pense effectivement avoir réussi à respecter le style de Harry Small. Sans cela, pour moi, le projet n’aurait guère eu de sens. Il est vrai qu’il est assurément plus aisé à traduire, par sa relative simplicité, qu’une œuvre de l’immense Alda Teodorani, à l’écriture plus riche et plus littéraire. Dans les deux cas, puisque j’avais traduit L’Isola, de Alda, pour Les Éditions de l’Antre, tout est dans le profond respect que je porte à l’œuvre originale.

Est-ce que tu réitérerais l’expérience ? Pourquoi ?

Traduire à nouveau un bouquin d’horreur italien ? Pourquoi pas, tout reste possible, mais pas pour l’instant. En tout cas, j’ai eu beaucoup de plaisir à le faire.

Quelles autres œuvres disponibles en France nous conseillerais-tu ?

En France, on peut toujours acheter les Dracula Pocket d’occasion. Ce n’est pas franchement bien traduit mais c’est le seul moyen pour qui ne lirait pas l’italien de se faire une bonne idée des thèmes des Racconti di Dracula.

Dans le même genre, on lira aussi les collections bien françaises Angoisse et Gore, au Fleuve Noir.

Quant à l’œuvre très noire de Alda Teodorani, tout mériterait d’être traduit mais c’est encore loin d’être le cas, bien malheureusement.

Hantik Books :

Sin’Art se passionne pour les livres avec la collection Hantik Books dédiée à la littérature populaire. Premier titre de la collection, le Retour des Damnés est une série B littéraire qui évoque de façon magistrale mais délicieusement bis la légende de la Comtesse Bathory. Retrouvez la collection en cliquant ici

L’isola d’Alda Teodorani est également disponible dans le catalogue Sin’Art : cliquez ici pour accéder à sa fiche.

Nous vous conseillons également L’Antre Kriminel, ouvrage pour lequel Patryck Ficini a rédigé le dossier les Héritiers de Fantômas dans le Fumetto Nero, la BD Italienne des Sixties, complément essentiel aux dossiers Les Supers Criminels Italiens dans Sueurs Froides 27 et Les Méfaits de Kilink dans Sueurs Froides 29. Cliquez ici pour accéder à la fiche.

La comtesse Bathory sur www.sueursfroides.fr

Bien que la légende, selon laquelle elle avait pris l’habitude de baigner son corps nu dans le sang de jeunes vierges afin de contrer les ravages du temps, était probablement fausse, la comtesse Báthory est à l’origine d’une liste impressionnante d’oeuvres cinématographiques et littéraires.

Beaucoup ont déjà fait l’objet d’articles sur notre site. Vous les trouverez sur cette page.

NB : La comtesse Bathory est la principale source d’influence du Retour des Damnés, roman de l’Italien Mario Pinzauti édité en français par Sin’Art et disponible en cliquant
ici.

Élisabeth Báthory au cinéma

Dans un précédent article, nous avons évoqué l’histoire de la comtesse Báthory source d’influence du Retour des Damnés, roman de l’Italien Mario Pinzauti édité en français par Sin’Art. Nous avons écrit que la légende était probablement fausse, que la comtesse ne s’était pas baignée dans le sang de jeunes vierges pour contrer les ravages du temps. Néanmoins, cela ne l’a pas empêchée d’être à l’origine d’une liste impressionnante de films que nous vous proposons de découvrir.

Vous trouverez l’article sur le site de Sueurs Froides en cliquant sur le lien..

Sin’Art se passionne pour les livres avec la collection Hantik Books dédiée à la littérature populaire. Premier titre de la collection, le Retour des Damnés est une série B littéraire qui évoque de façon magistrale mais délicieusement bis la légende de la Comtesse Báthory. Retrouvez la collection ici.

Aux sources du Retour des Damnés : La comtesse sanglante

La comtesse sanglante est la source d’inspiration du Retour des Damnés, une série B littéraire unique en son genre qui évoque de façon magistrale et délicieusement bis la légende d’Elisabeth Báthory (1560-1614), série B littéraire éditée par Sin’Art. Nous vous proposons de revenir sur la source d’inspiration de l’auteur Mario Pinzauti.

L’article est disponible sur le site de Sueurs Froides en cliquant ici :

NB : Sin’Art se passionne pour les livres avec la collection Hantik Books dédiée à la littérature populaire. Premier titre de la collection, le Retour des Damnés est une série B littéraire qui évoque de façon magistrale et délicieusement bis la légende de la comtesse Báthory. Retrouvez la collection ici :

Accueil chaleureux de la presse pour Le Retour des Damnés

Notre premier roman, Le Retour des Damnés de Mario Pinzauti, bénéficie d’un accueil chaleureux auprès de la critique.

David Didelot (Vidéotopsie) :
« Sin’Art a mis les petits plats dans les grands car l’objet est incitatif, bellement illustré par la dessinatrice Mario Melis et joliment couvert par un motif tout antéchristique. En outre, la postface est rehaussée de quelques reproductions en couleur des belles couvertures des Racconti di Dracula. Bref, il y a du soin dans l’air, de l’application dans les voiles »

« Le Retour des Damnés fait plaisir aux papilles, véritable série B couchée sur papier »

Vidéotopsie

Dr orlof
« Ce petit roman croquignolet fera la joie des amateurs de culture populaire déviante et des collectionneurs qui seront ravis par l’aspect joliment soigné de ce petit livre confectionné par de sincères amoureux du « bis »… »

Dr orlof

Frédéric Pizzoferrato (hellrick.over-blog.com)

« Mario Pinzauti se situe davantage dans la lignée des seconds couteaux de l’épouvante en reprenant des thématiques classiques mais en donnant au lecteur ce qu’il est venu chercher : deux heures d’évasion au royaume de l’horreur païenne, des orgies sataniques et du fantastique rétro. Bref, ce court récit qui puise dans l’attirail du gothique pour mieux le pervertir par le sexe et le sang constitue une jolie découverte »

hellrick.over-blog.com

Heresie.com

Un ouvrage que l’on glissera avec plaisir et fierté entre son rayonnage Angoisse Fleuve Noir et Gore un soir de pleine lune. A noter d’originales petites illustrations ponctuant le roman et une couverture signée Mario Mélis.
Espérons qu’Hantik Books nous livrera d’autres Racconti Di Dracula dans les mois à venir.

Heresie.com

Zaroff

En à peine 120 pages, il (Mario Pinzauti) parvient à construire un récit cohérent où l’essence même du mythe est énoncée, presque caricaturée, avec panache. Pinzauti entre dans le vif du sujet sans s’embarrasser de parallèles et de fioritures. On va droit à l’essentiel : ça fornique, ça tue, ça torture… et le lecteur est repu comme une nymphomane aux canines pointues s’abreuvant à une gorge frêle et frémissante.

Zaroff

Horreur.com

Le Retour des Damnés satisfera assurément les amateurs des romans de la défunte collection Gore et on remerciera l’éditeur d’avoir eu cette brillante idée que de ressusciter ces vieux romans d’épouvante italiens. A lire en écoutant l’album-conceptuel du groupe Cradle of Filth, “Cruelty and the Beast”.

Horreur.com

Comme l’écrit David Didelot, si vous aviez envie d‘un « petit voyage en train-fantôme, vers les belles contrées du frisson simple et les chouettes pays de l’érotisme noir », n’hésitez pas à passer commande : http://www.sinart.asso.fr/le-retour-des-damnes-roman-39446

NB :
Sin’Art se passionne pour les livres avec la collection Hantik Books dédiée à la littérature populaire. Premier titre de la collection, le Retour des Damnés est une série B littéraire qui évoque de façon magistrale mais délicieusement bis la légende de la Comtesse Báthory. Retrouvez la collection ici :

Le Retour des Damnés

Sin’Art démarre la collection Hantik Books dédiée à la littérature populaire avec Le Retour des Damnés de Mario Pinzauti.

Le Retour des Damnés est une série B littéraire unique en son genre qui évoque de façon magistrale mais délicieusement bis la légende de la Comtesse Bathory. Mario Pinzauti, petit maître de l’épouvante à l’italienne, entraîne le lecteur dans un déluge de perversions sanglantes à travers des descriptions tant érotiques qu’horrifiques.

Sorti en anglais sous le titre The Wild Beast of Csejthe (Mario Pinzuti signait alors son roman sous le pseudonyme d’Harry Small), Le Retour des Damnés a été traduit en français par Patryck Ficini à partir de la version originale.

Passionné de littérature populaire, de cinéma de genre et de fumetti (la BD italienne), Patryck Ficini est également responsable de la rubrique « Chroniques Infernales » dédiée aux séries B littéraires sur www.sueursfroides.fr. Il a également participé au Gore Dissection d’une Collection de David Didelot, édité chez Artus Films. Il est en outre l’auteur de la traduction de L’Isola d’Alda Tedorani qui est sortie aux Éditions de l’Antre.

Afin de coller à l’ambiance de la littérature populaire des années 50 et 60, Mario Melis, dessinatrice, peintre et photographe, s’est chargée de la réalisation de la couverture ainsi que des nombreuses illustrations qui parsèment les pages de cette édition.

Le Retour des Damnés, sortie repoussée à 2017

Bonjour à vous,

Vous avez dû vous en rendre compte, la collection Hantik Books dédiée à la littérature populaire n’a pas démarré en mars comme prévu.

Finalement, c’est en 2017 que Sin’Art éditera Le Retour des Damnés de Mario Pinzauti, premier ouvrage de la collection.

La principale raison de ce report tient à l’actualité chargée de l’association avec Toutes les Couleurs du Bis # 8, La fraîcheur des cafards # 5 et Cinétrange # 20 (sans compter les rééditions de Darkness n° 16 et de Toutes les Couleurs du Bis # 7).

Néanmoins, que ce report ne vous empêche pas de précommander l’édition collector limitée du Retour des Damnés, avec la reproduction au format A3 de la couverture dédicacée par l’illustratrice Mario Mellis.

Rappelons que le Retour des Damnés est une série B littéraire unique en son genre qui évoque de façon magistrale mais délicieusement bis la légende de la Comtesse Bathory. Mario Pinzauti, petit maître de l’épouvante à l’italienne, entraîne le lecteur dans un déluge de perversions sanglantes à travers des descriptions tant érotiques qu’horrifiques.

Le roman est sorti en anglais sous le titre The Wild Beast of Csejthe (Mario Pinzuti signait alors son roman sous le pseudonyme d’Harry Small) et a été traduit en français par Patryck Ficini à partir de la version originale italienne.

Passionné de littérature populaire, de cinéma de genre et de fumetti (la BD italienne), Patryck Ficini est également responsable de la rubrique « Chroniques Infernales » dédiée aux séries B littéraires sur www.sueursfroides.fr. Il a également participé au Gore Dissection d’une Collection de David Didelot, édité chez Artus Films. Il est en outre l’auteur de la traduction de L’Isola d’Alda Tedorani, petite publication sortie aux Éditions de l’Antre.

Afin de coller à l’ambiance de la littérature populaire des années 50 et 60, Mario Melis, dessinatrice, peintre et photographe, s’est chargée de la réalisation de la couverture ainsi que des nombreuses illustrations qui parsèment les pages de cette édition.

N’hésitez pas, surtout, à faire connaître notre nouveau projet autour de vous.

Merci pour votre soutien,

L’équipe Sin’Artienne

Sin’Art vise le Goncourt

Sin’Art édite des fanzines, des DVD et maintenant aussi des romans.

S’il y a bien un concept marquant de notre société actuelle, c’est notre soif insatiable. On en veut toujours plus, on n’en a jamais assez, on n’est jamais rassasié…

Sin’Art n’échappe pas à cette triste réalité !

Proposer des DVD en VPC ne lui suffisait pas alors elle a commencé à éditer et distribuer des fanzines. Et puis, Sin’Art s’est mise à lorgner du côté du monde de l’édition DVD.

Et voilà maintenant que Sin’Art se prend pour un éditeur de romans !!!

Comme vous avez sans doute pu le découvrir lors de notre annonce de début février, Sin’Art sort en mars un premier roman : Le Retour des Damnés.

Nous avons baptisé cette nouvelle activité Hantik Books, en référence à une autre activité que nous gérons en dehors de Sin’Art.

Nous avons prévu de sortir nos livres en PDF, mais également au format papier. Nous nous sommes longtemps posé la question de savoir si nous voulions prendre le risque et, finalement, nous avons décidé que… oui ! Nous sommes résolument amoureux du papier !

Pour nous, c’est évidemment une nouvelle aventure : Le cinéma et la littérature, c’est quand même deux mondes totalement différents.

Pour soutenir notre projet, encouragez-nous simplement par mail ou parlez-en autour de vous.

Participer au financement de l’impression des livres en acquérant l’édition collector est également un geste que nous apprécierions beaucoup. Suivez le lien (http://www.sinart.asso.fr/le-retour-des-damnes-edition-collector-36646)

Le retour des damnés

« La danse devint générale ; il s’agissait en fait d’une mêlée désordonnée de mouvements obscènes ; des flexions et des contorsions qui s’efforçaient de mimer les comportements sexuels dans ce qu’ils avaient de plus vulgaire, sacrilège et bestial… Tous les participants se déshabillèrent, comme possédés par un raptus général, rendu plus obsessionnel encore par le rythme du
tambour. Quelques corps plus tout jeunes aux ventres proéminents et flasques apparurent dans la complète décadence de la peau tombante et viciée par les
ans. Mais personne ne semblait se soucier de cette faute de goût esthétique, qui fit se retourner l’estomac de Jerry.

La belle Lamia aussi s’était levée, nue, et son corps splendide s’agitait en de sensuelles contorsions devant le regard excité du journaliste, lequel sentait son
sang bouillir dans ses veines, malgré quelques aspects peu ragoûtants de la scène qui se déroulait devant ses yeux.

Les quatre chandelles étaient allumées. Sur la caisse de bois déjà remarquée par Jerry reposait le long couteau. »

Sin’Art démarre la collection Hantik Books dédiée à la littérature populaire avec Le Retour des Damnés de Mario Pinzauti.

Le Retour des Damnés est une série B littéraire unique en son genre qui évoque de façon magistrale mais délicieusement bis la légende de la Comtesse
Bathory. Mario Pinzauti, petit maître de l’épouvante à l’italienne, entraîne le lecteur dans un déluge de perversions sanglantes à travers des descriptions
tant érotiques qu’horrifiques.

Sorti en anglais sous le titre The Wild Beast of Csejthe (Mario Pinzuti signait alors son roman sous le pseudonyme d’Harry Small), Le Retour des Damnés
a été traduit en français par Patryck Ficini à partir de la version originale.

Passionné de littérature populaire, de cinéma de genre et de fumetti (la BD italienne), Patryck Ficini est également responsable de la rubrique « Chroniques
Infernales » dédiée aux séries B littéraires sur www.sueursfroides.fr. Il a également participé au Gore Dissection d’une Collection de David Didelot, édité
chez Artus Films. Il est en outre l’auteur de la traduction de L’Isola d’Alda Tedorani qui est sortie aux Éditions de l’Antre.

Afin de coller à l’ambiance de la littérature populaire des années 50 et 60, Mario Melis, dessinatrice, peintre et photographe, s’est chargée de la réalisation de la couverture ainsi que des nombreuses illustrations qui parsèment les pages de cette édition.